Récit de mon deuxième accouchement

Avant de commencer le vrai sujet de cet article, je remets les choses dans leur contexte :

Mon ainé, mon Jude, est né le 3 Mars 2015. Il vient donc de fêter ses 4 ans.

Le soir du 2 Mars 2019, son papa et moi avions préparé ses cadeaux d’anniversaire (précédent article) dans la cuisine pour qu’il puisse avoir la surprise de les découvrir le lendemain matin, jour de ses 4 ans !

Nous avions imaginé notre journée avec un petit dej’ accompagné de 4 bougies sûrement plantées dans une brioche, l’ouverture de cadeaux, aller dehors essayer son nouveau vélo, aller déjeuner au restaurant, faire une sortie/promenade dans un endroit inconnu. Enfin bref, une journée remplie pour marquer son jour de fête. Une journée tous les 3, puisque étant censée accoucher 2 jours plus tard, nous n’avions lancé aucune invitation au cas où je devrai partir à la maternité. Pour rappel : nos familles habitent à Dijon (un peu moins de 2h de route).

Les choses ne se sont pas passées comme dans notre imagination…


Nous sommes le 3 Mars 2019.

Il est 4h30 du matin, je n’arrive plus à dormir. Comme la plupart des nuits ces derniers temps, j’ai des insomnies.

Jusqu’à 5h30 j’ai le temps de faire mon fil d’actus Instagram, de regarder quelques vidéos puis d’arrêter de m’abimer les yeux et parler tout bas à mon bébé encore au chaud.

Je lui dis qu’il me laisse au moins la matinée avec son frère, le temps d’ouvrir les cadeaux et puis après ce sera bon, si jamais il se décide aujourd’hui. Mais tout ça sans aucun signe particulier de sortie imminente !

De 5h30 à 6h15, voilà une nouvelle sensation jamais connue qui arrive toutes les 10 à 12 minutes… Une contraction, une vraie. Une contraction douloureuse mais supportable, une douleur de règle très très forte dans le bas du ventre.

Je connais seulement les contractions gênantes. Celles avec lesquelles je ne m’arrête pas dans ma tâche. Je connais aussi celles qui sont un peu plus gênantes et qui me faisaient ralentir en marchant et encore d’autres plus gênantes avec le ventre qui durcissait encore plus vers l’avant (ou sur le côté) et qui pouvait me donner une petite bouffée de chaleur.

Donc là, je me suis demandée si c’était bien ça une contraction douloureuse, puisque largement supportable.

J’ai donc pris mon téléphone et cherché « contraction douloureuse douleur de règle » et donc Google expliquait bien que si elles se rapprochaient c’était un début de travail.

A ce moment là je me dis que c’est un faux début de travail, que ça se passe comme ce qu’on entend parfois chez certaines filles : faux travail pendant 3 jours et que ça ne vient pas. Bref, je me dis que ça va passer….

Vers 6h je me décide à télécharger une de ces fameuses applications pour compter les contractions ! Je la laisse ouverte, j’en ai toutes les 10 minutes environ.

A 6h15 je retourne aux toilettes : perte du bouchon muqueux. Je me dis juste « OH PU**** ».

Bon, j’ai lu plein de témoignages auparavant qui disaient que ça ne voulait rien dire, que le travail peut se mettre en route de suite comme dans 3 jours…

Je commence à ressentir les contractions plus fortes et rapprochées et à ne plus savoir respirer correctement…

6h30 : « Jérémie tu peux appeler quelqu’un qui vienne passer la journée avec nous stp ? J’ai des contractions ».

Il appelle son papa pour venir garder Jude. Il arrivera donc dans 2h puisqu’il y a 200km à faire. Mais ça va aller.

Et tout devient plus intense dès la mini conversation terminée ! Je dis à Jérémie qu’en fait il faut qu’on aille à la maternité, que je contracte toutes les 3 minutes, et en plus je souffle comme une nulle en essayant de trouver un rythme, de me soulager. Je sais qu’il faut laisser venir la contraction, monter la vague de douleur et bien respirer. Je suis complètement d’accord pour la laisser venir, c’est ce que je fais, mais je n’arrive pas à respirer pour mieux la gérer.

Je me prépare entre deux contractions pendant que Chéri est parti se faire beau de son côté. Je prépare aussi mes dernières affaires de toilette.

La respiration que j’avais apprise il y a 4 ans pendant les cours de préparation à la naissance marche bien sur les contractions très gênantes mais alors à ce moment là elle ne fonctionne pas du tout !

Je ne sais plus quelle méthode utiliser, j’essaye de rester calme, de profiter de l’accalmie des 2-3 minutes entre chaque pour avancer dans mes affaires ! Je m’appuie contre les lavabos, le berceau, la table à langer, pour essayer de mieux respirer pendant que M. est toujours en train de se faire beau !

Bientôt 7h et il me dit « Je vais réveiller Jude ? » « Oui, oui ! »

« T’es sûre, je le réveille là ? » « Mais OUI ! »

C’est trop intense et surtout trop rapproché, on n’a pas le temps d’attendre papy, il faut y aller. Je me demande quand même si je suis vraiment en travail, si ces douleurs vont s’arrêter et que ce n’est pas fausse alerte… Bref, là je souffle comme une vache je pense qu’il faut aller voir !

A 7h je suis en bas, prête à y aller !

J’entends Jerem’ qui lui dit là haut : « Bonjour mon coeur, il faut se réveiller, on va à la maternité ».

Et lui répondre : « A la maternité ? Ouiii, ouiii »

Bon, je suis ravie que ça lui plaise comme programme (pas le choix même s’il n’était pas d’accord), ça me fait du bien de l’entendre heureux.

7h05 tout le monde est prêt.

J’ai la caméra en main pour quand même filmer son matin d’anniversaire et sa réaction en voyant ses paquets.

Concernant sa réaction il a fait « wahhhh », un grand sourire et n’a même pas demandé à ouvrir, il savait qu’il fallait partir.

Papa part charger la voiture pendant que Jude et moi l’attendons à l’intérieur. Jude est calme, il patiente. Je le rassure même s’il ne dit rien, en lui expliquant que maman a très mal et que le bébé va sortir à la maternité, qu’il ne faut pas qu’il s’inquiète si je souffle fort (ou cri, ou beugle plutôt…).

Il me dit que ça va et « tu vas devoir pousser fort, maman ». Oh oui mon amour…

On part vers 7h15, on est garés à 7h30. Ce trajet était affreux !

On débarque tous les 3 dans la salle d’attente, personne. Prise en charge directe. Je pars seule avec la soignante sur un fauteuil roulant, je ne suis plus capable de marcher.

7h37 examen du col : vous êtes à 7 !

Et je l’entends dire à sa collègue : « elle a un col super fin, y a quasiment plus rien, ça va aller vite ».

« Oh pu***, on a bien fait de venir ! » Moi qui ne suis pas vraiment grossière, je pense avoir atteint un quota de « pu**** » assez important ce matin là.

« Vous voulez la péri ? » « Ouiii »

« Vous soufflez très bien », je ne sais pas comment je fais mais ça y est je crois avoir trouver la bonne méthode, c’est moins hard qu’avant. Toujours une respiration de buffle hein, pendant 10 secondes de douleur toutes les 2 minutes.

« Vous vous débrouillez très bien, soufflez, super, détendez-vous, vous êtes à la clinique, on s’occupe de vous ».

Ces mots que j’ai retenu, ceux qui m’ont rassurés pendant que papa était avec Jude en salle d’attente.

Je ne pense pas beaucoup à eux restés à l’entrée à ce moment là. J’ai le mot péridurale qui résonne. Je me demande QUAND je vais pouvoir l’avoir !

Et la dame me sort (je l’adore mais je ne sais plus s’il s’agit d’une sage-femme, d’une auxiliaire, bref) « En tout cas vous êtes la candidate idéale si vous vouliez du sans péridurale ».

« … » Je la veux, tant pis.

C’est super intense, et rapproché. Il faut faire une prise de sang avant d’appeler l’anesthésiste. Elle pique et paf, la veine se barre et explose… Pu**** ça retarde !

Autre bras c’est la bonne, cathéter posé, on peut l’appeler maintenant !

Ah oui, la dame adorable m’explique qu’elle vont s’occuper de Jude, qu’il n’y a pas de souci, que je ne dois pas m’inquiéter.

8h10 environ, chéri arrive. Jude va très bien.

8h20 : péri posée.

C’est à ce moment là que nous décidons, ou plutôt que nous avons le temps, de prévenir nos proches que nous y sommes ! Que c’est le grand jour ! Oui, 4 ans après jour pour jour nous allons accueillir notre deuxième amour.

La péridurale va ralentir le travail mais au moins je peux souffler un peu. Je suis quasiment à dilatation complète, reste plus qu’à attendre que la poche des eaux se rompe, que bébé descende bien et on pourra s’installer.

Je sens les poussées mais plus les contractions, c’est top ! Puis au fur et à mesure mon ventre s’engourdit, mes jambes aussi même si je suis contente d’avoir pu les bouger jusqu’au bout et les sensations de poussées disparaissent, je suis deg…

On devrait pouvoir choisir le dosage !

Bref, ça soulage énormément quand même.

Nous avons les soignantes qui nous rassurent de temps en temps en nous disant que Jude est top, qu’elle lui ont donné un petit dej’ (avec notre accord en nous demandant bien s’il n’a pas d’allergie, même si on a fourré 4 compotes et des madeleines dans le sac à dos). 

Comme prévu, au bout d’un moment (je me demandais quand ça allait arriver d’ailleurs), un gros PLOP et la poche des eaux se rompt.

Chéri est parti de la salle il y a à peine 10 minutes pour aller accueillir son papa qui est du coup venu directement à la maternité.

Je lui envoie un sms en lui disant de venir vérifier si c’est bien ça avant que je sonne pour appeler la sage-femme, et qu’il vienne vite parce que ça va être le moment.

9h30 environ, on se met en place et à 9h36 il est là !

IMG_3144

Papa n’a pas pu couper le cordon car il était autour du cou de bébé… Mais tout s’est bien déroulé.

Et pour la suite heureusement que j’avais la péri… la délivrance ne se faisait pas (je ne détaillerai pas cette partie).

Nous avons notre Marlon avec nous et tout va bien !

IMG_20190303_144316_954


Pendant toute cette journée, chaque membre du personnel que nous avons croisé nous a parlé de Jude ! Il a marqué les équipes par sa politesse, sa sagesse, et par le fait que ce soit ses 4 ans ce jour là mon petit coeur, et que son frère soit arrivé le même jour que lui !


Pour relire le récit de mon premier accouchement, c’est par ici  :)
Publicités

Une réflexion sur “Récit de mon deuxième accouchement

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s