Comment j’ai choisi le prénom de mon enfant

 

Le petit Loulou va bientôt avoir 2ans déjà. Oui, notre petit Jude devient un petit mec. Mais, pourquoi cet article si tard alors que j’aurais pu l’écrire il y a 23mois ?

C’est tout con. J’aime souvent me faire mousser en disant que c’est moi qui ai trouvé son prénom. Récemment, en me vantant d’avoir trouvé son super prénom à des amis, l’idée d’article est venue, une fulgurance dans mon petit cerveau masculin.

Alors pour remonter à l’origine du choix de son prénom, il faut remonter à quelques années en arrière (ouais ouais, ça nous rajeunit pas tout ça…)

Mélissa était enceinte de quelques mois. J’me souviens, elle voyait encore ses mignons petits orteils crochus, jaunes et remplis de champignons. Nous ne savions pas encore le sexe du futur bébé parfait que nous allions avoir alors on a décidé de dresser deux listes, une pour chaque sexe.

On était déjà en phase sur plusieurs choses :

  • Pas de prénom composé
  • Pas de prénom inventé
  • Pas de prénom trop commun, ancien ou qui fait surnom

Ensuite, nous nous étions fixés plusieurs règles :

  • Choisir un prénom que l’on aime et que l’on veut vraiment donner à son enfant (Oui car comme je suis un peu bête, juste pour la déconne j’aurais écrit des conneries genre Radamel ou autre)
  • Ne surtout pas divulguer sa liste à l’autre (Les tentatives de corruption de madame étant lourdement sanctionnées)
  • Se limiter à 10 prénoms par sexe
  • Tous les supports sont autorisés (internet, bouquins, souvenirs, mémoire (pas applicable aux hommes))
  • Ne pas se moquer de la liste de l’autre lors de la divulgation des prénoms

 

Les règles établies, nous n’avions plus qu’à dresser chacun notre liste sur notre petit bout de papier. Je m’en rappelle encore: Mélissa assise sur le canapé à fouiner sur le téléphone et moi sur la table du salon, sur le fameux « Livre des prénoms » à effeuiller chaque page.
Je ne sais pas comment j’ai réussi à lire toutes les descriptions, le chiffre porte bonheur, les pierres précieuses et autres conneries de chaque prénom sans m’en lasser. Toujours est-il que ce bouquin est sacrément utile.

La liste pour les filles se dressait à une vitesse folle ! Alors que celle des garçons… bah c’était plutôt compliqué.
Sérieusement, chez les mecs, c’est une rude épreuve de trouver un prénom…

Une fois les idées complètement épuisées, on a montré chacun nos listes. On a d’abord comparé les listes des filles. Les prénoms en commun étaient plutôt ressemblant et nous plaisaient bien.
Mais comme on a su assez rapidement que c’était un petit mec, on a vite laissé tomber. Et pour être sincère, je dois me rappeler de seulement deux ou trois prénoms féminins (quand je disais que la mémoire n’était pas applicable aux hommes…)

Et la liste des petits mecs arriva. On était loin de la limite de 10 prénoms fixés. Elle me donne son papier, et je lui tend le mien. Je m’en souviens encore de ses prénoms écrits :

  • Ewen
  • Aaron
  • Maël

A cette première lecture, je suis quelque peu déçu de ses choix, il n’y a qu’Aaron qui correspond à mes écrits. Et je n’ai pas pu m’empêcher de me moquer d’un des prénoms de sa liste. Une règle enfreinte Jerem, bouh!

Maintenant, à son tour de me donner son avis sur ma liste. J’avoue avoir appréhendé son retour, car les prénoms que j’avais choisi n’étaient pas commun et j’avais peur du jugement de Mel (surtout qu’en plus, je venais de critiquer un de ses prénoms) :

  • Aaron
  • Jude
  • J??????
  • César
  • Junior
  • Logan

Oui oui. J’étais bien sérieux pour César et Junior. Enfin pour Junior, j’ai encore enfreint une  règle puisque bon, voilà quoi (sûrement un clin d’oeil inconscient à « Notre belle famille »).

Je sens que vous avez remarqué un prénom en particulier : ce J??????
Il n’a jamais été divulgué, à personne, car c’est un prénom auquel nous étions (et sommes) fortement attachés. Nous le gardons « au cas où » pour un éventuel deuxième garçon (qui arrivera soyez en sûr ! J’veux un deuxième p’tit mec).
Et étonnamment, ma liste ne l’a pas refroidie. Au contraire, elle m’a regardé avec un énorme sourire. Un des prénoms que j’avais écrit lui plaisait énormément, mais… comme c’est un prénom peu commun et pas vraiment facile à porter, elle n’avait pas osé le mettre de peur que je la juge.

C’est quand même assez marrant d’avoir choisi le même prénom et d’avoir eu les mêmes appréhensions pour celui-ci.

On a débattu un certain temps sur plusieurs prénoms. Il fallait qu’il ait de la cohérence avec mon nom de famille, que ça ne fasse pas un nom imprononçable, que ses initiales ne fassent pas quelque-chose de dur à porter (c’est tout con, mais si je peux éviter à mon fils d’avoir PD comme initiale, je me sentirais moins coupable) et que ce prénom nous plaise réellement. 3 prénoms se dégageaient véritablement de nos listes :

  • Aaron
  • Jude
  • J??????

Aaron a été étrangement notre favori jusqu’à l’implacable dénouement. Trop proche du prénom de mon grand frère Arnaud (Wesh si tu me lis Bro’, j’t’embrasse) et trop donné récemment, nous l’avons donc abandonné naturellement.

Et là, ce fût une lutte sans merci entre ces deux prénoms. Le parrain de Mel nous avait conseillé de dire à haute voix son prénom, en le disant de plusieurs manières, de l’énervement à la joie.
J’en garde des souvenirs mémorables et une complicité merveilleuse. Je nous vois encore dire ces prénoms, imaginant toutes les situations possibles.
Mais rien ne les départageait. On a même pensé à en faire un prénom composé, et vous savez quoi ? Ca rendait franchement pas mal.

Et puis les mois passaient, sans de réelles décisions finales jusqu’au jour fatal de la création des faire-parts. Nous étions indécis, mais nous savions qu’au fond, peu importe le choix, ce petit bout le porterait à merveille et qu’il fera de grandes choses, armé du prénom que nous avions ardemment choisi.

Et naturellement, nous avons choisi Jude. Elégant en tout sens, original, simple, non préjudiciable et crédible quand il sera Président du Monde.

Si vous me lisez et que vous êtes en pleine réflexion de prénom, j’espère que ces petites astuces vous aideront à choisir. Il y a pas mal de mois permettant de mûrir la décision, alors vaut mieux ne pas se presser, écumer tous les prénoms des livres/internet et surtout, être en totale phase avec sa moitié, et le choix final paraitra évident.
Et si ce n’est pas le cas, alors peu importe le prénom qu’il porte, le plus important est, et sera, l’amour que vous lui porterez chaque jour (putain c’est beau, j’ai presque la larme à l’oeil).

J’aurais aimé m’arrêter sur cette punchline de malade, mais je suis curieux et j’aimerais également savoir comment vous avez choisi le prénom de vos enfants ?
J’ai hâte de vous lire en commentaire (ou sur l’Instagram de Mel) et de vous piquer vos idées brillantes pour le second !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s