Mon premier bébé.

Tu as 23 mois aujourd’hui, nous sommes le 3 Février 2017.

Je me surprends de plus en plus à essayer d’imaginer comment tu seras plus tard, beaucoup plus tard, quand tu seras un adolescent en phase de devenir un homme…

Je m’imagine la couleur de tes yeux, j’espère que celle que tu as ne changera plus. A la lumière du jour, c’est du bleu que l’on voit. Pas un bleu qui nous transperce au premier regard, un bleu-gris profond dont il faut regarder le détail de ton iris pour s’apperçevoir à quel point il est beau, ce bleu de tes yeux. De loin, on ne voit pas le bleu, on voit plus le gris. On ne devine pas qu’à la lumière du jour cette couleur est si jolie. J’espère qu’elle restera comme ça, la couleur de tes yeux, qu’elle restera un mystère dans l’ombre et qu’elle illuminera à la lumière du jour.

Je m’imagine la couleur de tes cheveux. Je sais qu’ils fonceront; aucun de tes oncles, aucune de tes tantes ni aucun de tes papys ne sont restés si blond. Parce que oui, tu ne tiens pas tes cheveux blonds de nous mon amour, ce n’est pas papa ni moi qui t’avons offert cette couleur. C’est bien celle des cheveux de tes papys à leur naissance, et celle des frères et soeurs de ton papa. Tu auras peut-être les cheveux clairs avec des reflets blonds-dorés comme tu as déjà parfois.

J’imagine aussi la forme de ta bouche, ta jolie bouche en coeur. Un mélange de papa et de maman cette fois. Celle avec laquelle tu t’amuses si souvent. Celle qui fait la moue, ou bien celle qui sourit, ça arrive plus souvent. Celle dans laquelle tu fais claquer ta langue, et dans laquelle tes dents sont si soigneusement alignées. Ta bouche qui nous fait des gros bisous (qui claquent) depuis plus d’un an déjà ! Des bisous, on a eu la chance d’en avoir très vite, papa et moi.

Je m’imagine la forme de ton visage quand tu auras 20 ans, tout toi mais en plus grand !

Je ne suis pas pressée de te voir grandir, prends ton temps, tu l’as, le temps, profites-en. Fais nous profitez de toi petit encore à peu, à papa et à moi. Apprends nous encore ce nouveau rôle que tu nous as confié. J’aime ton évolution, j’aime tes progrès quotidiens. Ne t’arrêtes pas en si bon chemin, et montre nous comme tu grandis.

Je ne suis pas triste de te voir grandir, je ne suis pas nostalgique de mon tout petit, j’en aurait d’autres, des bébés, tes frères et/ou soeurs. J’espère en avoir d’autres, des enfants. Avant ta naissance, je m’était dis que j’aurai un deuxième bébé assez vite après toi, mais la vie professionnelle de maman fait que les choses n’ont pas avancé comme elles devaient, ou plutôt je les fait trainer. Papa est là, heureusement, mais j’espère contribuer un peu plus et nous apporter un meilleur confort de vie en allant au bout de mon projet. Sans ça, on ne peut pas t’offrir un petit frère ou une petite soeur, pas tout de suite. Nous en avons énormément envie, papa et moi, de ce deuxième bébé, mais peu importe l’écart d’âge qu’il y aura entre vous, on l’aura. Et encore un après.

Je suis fière de toi, Jude, fière d’être ta maman, et au fond tu resteras toujours mon bébé, mon premier bébé. Celui qui m’a appris et m’apprend encore le plus beau rôle de ma vie, celui dont j’ai tant rêvé.

Je t’aime mon petit bonheur.

Publicités

6 réflexions sur “Mon premier bébé.

  1. Que c’est beau ce que tu écris 😍 Un merveilleux petit garçon qui laissera place à un très beau jeune homme j’en suis certaine avec des parents formidables …. Je vous souhaites que vos projets se réalisent bientôt alors ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s