Ce qui change (vraiment) quand on devient Papa

J’interviens ici juste pour préciser que je n’ai, encore une fois, rien touché au texte de Chéri, mais je l’ai lu avant vous bien sûr ! Bonne lecture.

On a beau tous dire officiellement que c’est génial d’être parent, mais ce nouveau statut est rempli de changements pas forcément top. Bien sûr, les effets négatifs sont rapidement escomptés parce que l’amour d’un enfant vous balance un sourire et un bonheur inexplicable. En somme, une nouvelle vie, de nouvelles habitudes attendent les futurs papas.

Alors pour ceux qui hésitent encore à la paternité, cet article sera parfait pour vous décider si c’est le bon choix ou s’il vaut mieux acheter un chien.

La liste ci-dessous relate mon cas particulier, donc si des papa me lisent (j’en doute mais sait-on jamais), ce n’est pas grave si votre liste est différente. Vous êtes quand même des papas du tonnerre, enfin ça dépend.

  • Les grasses matinées. Alors ça c’est un énorme point négatif. Les grasses matinées, c’est fini. Bien que les nuits se passent relativement bien, faut se bouger le cul avant 9h. Et là, on ne peut pas y couper, et faut prendre un vrai petit déjeuner pour survivre à une matinée à jouer avec bébé.
  • Le sexe avec Maman. Le sexe avec Maman dans la cuisine quand elle cuit les pâtes c’est fini. Maintenant c’est le soir uniquement, et quand les deux parents ne sont pas crevés de leur journée. On pourrait aussi avoir le créneau de la sieste, mais comme bébé ne dort que 2h au maximum, ça fait juste… (Non je déconne, je suis précoce en vrai)
  • Le cinéma. Pour notre cas c’est compliqué, étant donné que nos familles sont à Dijon. Donc les cinémas en amoureux, ces moments que j’adorais tellement, et bien, j’ai dû apprendre à vivre sans. Les sorties c’est pareil, enfin on choisit nos soirées quand on va aux soirées. Donc toutes les soirées traquenards à se défoncer la gueule à la vodka coupé avec du rhum, c’est fini.
  • Les grosses murges. Je disais juste au-dessus que c’était fini, mais c’est sans compter sur une Maman hyper compréhensible par rapport à mon besoin incompréhensible d’être ivre et vomir à côté des toilettes. Les cuites seront différentes quand vous serez papas. Il faut savoir que la gueule de bois est beaucoup plus compliquée, et qu’en plus de ce mal de crâne, on a des responsabilités à tenir. Pour un peu que vous ayez passé la nuit sur le canapé d’un pote, bon courage pour vous faire pardonner de votre nuit à cuver. (Mon astuce à moi est de me proposer de prendre à manger, un chinois à emporter, des pizzas, etc. Ça marche plutôt bien jusqu’à présent)
  • Le bordel. Oui, il faut commencer à ranger et se responsabiliser un peu. Fini les caleçons partout et les chaussettes dépareillées. Il faut montrer l’exemple et commencer à ranger. C’est pas évident au début, mais si Maman y arrive, alors pourquoi pas papa ?
  • Les journées. Si vous aviez vos habitudes à bruncher le dimanche avec les copains, oubliez ! La putain de sieste de l’après-midi. Celle qui vous bouffe un peu votre journée… Oui, elle est importante et il faut la garder, je suis d’accord. Mais elle est relou, ne mentez pas ! (Enfin sauf pour les parents adeptes de la sieste également). Si vous étiez du genre casanier à rester à la maison jouer au scrabble, se mater le téléfilm du dimanche après-midi ou autre, oubliez également. Un enfant a besoin qu’on s’occupe de lui, a besoin de sortir, sentir l’air de la pollution lyonnaise.
  • Les gros mots. Ce n’est pas que je suis grossier, mais on a toujours des mots lancés en l’air qu’on ne maitrise pas (ou ces expressions pré faites qu’on dit sans savoir pourquoi). Du coup, on essaie avec Maman de se limiter. Sauf que lorsqu’un des parents dit un gros mot, l’autre lui fait savoir… Et là, incident diplomatique.
    • « Jerem, ton langage », dit Maman, regardant Papa en fronçant les sourcils.
    • « ca va, c’est bon. », rétorque Papa, l’air désabusé.
    • « Non mais si, il va répéter et tout. Pense à son avenir lorsqu’il sera Président de la république et tout, blablabla », raconte Maman, parti dans un monologue sans fin.
    • « Lâche-moi putain », répond Papa, agacé des remontrances de Maman.
    • « Ton langage Jerem, merde, tu fais chier bordel ! ». Maman est polie. Maman modère son langage. Mais il ne faut pas énerver Maman. Ne pas répondre à Maman en manquant de respect.

J’ai les enregistrements audios si jamais ça vous intéresse…

  • Les magasins et la voiture. Fini les magasins où on se faisait une journée entière en claquant un bon gros macdo à 14h. Maintenant, il faut prendre la voiture, payer 40€ de parc mètre pour 30min, prendre la poussette, foncer dans les jambes des gens qui n’avancent pas et t’insultent parce que tu as une poussette. Ne pas pouvoir prendre les escalators fut également une étape compliquée. Se coltiner toutes les autres poussettes et attendre 10min pour descendre d’un putain d’étage, c’est clairement du temps perdu.
  • Physiquement. Physiquement on change, sans aucun doute. C’est là qu’apparaissent les premiers cheveux blancs, les cernes indélébiles et ce joli bourrelet qui ne cessera de grossir au fil des années. Non clairement, avoir un enfant est facile. S’en occuper est fatiguant et usant physiquement.
  • Mentalement. On devient naturellement plus mûr, plus fort et plus sûr de soi. La rencontre avec bébé m’a donné énormément de force. On se sent changer, comme si la vie d’avant n’avait pas vraiment de sens. On réfléchit différemment, on prend du recul, on devient plus sage (même si Maman a des doutes sur cette qualité). On a un but, une raison de vivre supplémentaire et on a maintenant sur nos épaules le poids d’un enfant à aimer, à chérir, à rendre heureux. Tant de responsabilités qu’un papa force le respect. Vous êtes au top les gars !
  • Financièrement. Si vous n’étiez pas crésus avant, ça ne changera pas. Si vous aviez une belle coupé cabriolet, vendez là pour acheter un monospace et des couches. On ne va pas se mentir, un bébé n’est pas gratuit, et en plus ce sera plus facile pour le placer dans son siège auto. Optimisez vos achats, pensez aux soldes et aux bons plans et usez abondamment de la générosité des proches. Sinon, vous devrez prostituer Maman, ce serait dommage d’en arriver là.
  • Penser à tout. Ça c’est naturellement le rôle de Maman avec son cerveau formaté bébé. L’époque où tu allais chez tes parents les mains dans les poches est révolue. Maintenant faut bien évidemment penser à tout, du sac à langer à ses jouets pour qu’il ne casse pas la collection Star Wars de ton frère.
  • Préparer sa venue. Ça parait logique, mais il faut l’anticiper. Il lui faut un espace personnel pour qu’il puisse jouer (même si son espace personnel vient jusqu’au salon). Il faut donc jongler avec les exigences de Maman, qui voulait un pan de mur gris clair avec des pois blancs brillants, avec les problèmes logistiques. Dans notre cas, il a fallu déménager, pour que bébé puisse avoir son petit espace. Au-delà de la chambre, il va falloir penser à acheter toutes les choses dont il pourrait avoir besoin. Là aussi, abusez des proches pour ne pas être en rade de doudous ou vêtements.
  • Point de non-retour. Sûrement le point le plus important, et il n’est pas à la dernière place pour rien. Un bébé vous engage à VIE ! Trop de parents prennent cette responsabilité à la légère, il suffit de regarder les faits divers. Alors bordel, mesurez tous les paramètres, réfléchissez, regardez Baby Boom, prenez en considération vos sentiments pour votre conjoint(e) (quand on prend l’initiative de fonder une famille, c’est pour faire sa vie avec sa compagne ! Des aléas et des choses de la vie peuvent arriver, mais vous devez être surs que vous voulez un enfant avec cette personne). Cette décision est ultra importante car elle conditionne votre futur. Faire un bébé est terriblement simple, l’assumer et s’en occuper demande énormément. L’avenir d’un petit amour innocent peut se jouer, alors il vaut mieux s’être posé les bonnes questions avant de faire n’importe quoi !

Si vous avez finalement décidé d’avoir un enfant, en étant préparé moralement, financièrement et physiquement (profitez au maximum de sorties et de sommeil), vous avez mon plus grand respect. Vous allez entrer dans le cercle très fermé de parent (d’un merveilleux bébé soyez en sûrs), qui chamboulera votre vie de bien des manières. Mais ce sera votre fierté, votre amour, votre futur.

397221707314701985account_id1

Publicités

2 réflexions sur “Ce qui change (vraiment) quand on devient Papa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s